PONI HOAX

La plupart des gens connaissent Poni Hoax grâce à deux tubes qui ont fait mouche en France et à l’international : «Budapest» en 2005, puis «Antibodies» en 2007. Mais c’est surtout un groupe hybride, entre post-rock -la voix de Nicolas Ker rappelle parfois celle de Ian Curtis-, disco et électro. C’est une formation racée, réputée excellente en live avec un chanteur habité comme on en voit peu.

«Le sens du groove, et toujours cette sensualité vénéneuse, Poni Hoax ravive des souvenirs, réveille des fantômes et garde sa puissance de feu.» France Inter