TOTORRO

Certains groupes n’ont pas besoin de chanteur. C’est le cas de Totorro dont les quatre instruments (deux guitares, une basse et une batterie) sont assez bavards comme ça. Les Bretons ont réussi là où beaucoup d’autres se sont rétamés : rendre dansante une musique complexe et à la limite du virtuose. Il ne leur faudrait pas plus de cinq minutes pour faire dodeliner un parterre entier de
Hell Angels.

«Post-rock et math-rock sont certes des mots sous-entendant de la branlette intellectuelle et des morceaux de 18 minutes souvent chiants, Totorro a compris qu’un peu de mélodie et de la décontraction ne ferait pas de mal.» Sourdoreille